FACE TO FACE / ANNE-LORE LEGUICHEUX

Nouvelle femme, nouvelle histoire personnelle : rencontre photographique. Découvrez l’univers artistique d’Anne-Lore Leguicheux avec le théâtre et l’art du spectacle !

Peux-tu me parler de ton histoire avec le théâtre et l’art du spectacle ? 

J’ai grandi dans les loges avec des parents merveilleusement pas comme les autres. Ils jouaient du théâtre, de la musique, dansaient, créaient des costumes, des décors … avaient toujours des projets fous à faire briller mes yeux d’enfants !
Comment ne pas suivre ?
J’ai tâtonné quelques instruments, crayonné quelques bouts de papier et esquissé quelques pas de danse mais c’est réellement dans le théâtre et l’écriture que j’ai trouvé mes plus beaux exutoires … Pouvoir être ce que l’on ne peut pas être. Pouvoir écrire ce que l’on ne peut pas dire. 

En 2013, tu deviens directrice artistique de la compagnie « Les yeux qui sonnent », si tu devais d’écrire l’univers, la démarche de cette compagnie aux multiples facettes ? 

La Compagnie Les Yeux Qui Sonnent, c’est un peu comme un voilier à histoires. On crée des spectacles, des films, des bouts de vie mêlant diverses disciplines artistiques, toujours dans l’idée de favoriser l’accès à la culture pour tous. On construit et on déconstruit, on ouvre toutes les portes, on passe par les fenêtres, on gomme les frontières, on suit les vagues, puis parfois on les contre, pour éveiller la sensibilité de chacun, pour être au plus proche de chaque spectateur.
Qu’ils soient comédiens, danseurs, musiciens, régisseurs, scénographes, photographes, réalisateurs, costumiers … Chaque artiste est choisi pour ses qualités artistiques mais également humaines.
Car l’art n’a pas de frontière. Il est universel et parle à chacun d’entre nous. Sa sensibilité est puissante, magique et peut changer le regard d’un homme en un film, une chanson, une danse … Et c’est pour cette raison qu’est née cette compagnie : pour que les yeux s’ouvrent, pour que les combats soient partagés, pour que les hommes se rencontrent. L’art, c’est à la fois le messager et le miroir de l’humanité, celui qui laisse des traces de vie, de pensée, celui qui nous aide à comprendre, accueillir, accepter, changer, celui qui nous permet d’être soi dans un ensemble. Comme le dit si justement Victor Hugo, « l’art, c’est le reflet que renvoie l’âme humaine ». Et ce n’est pas un hasard s’il existe depuis la nuit des temps … 

Peux-tu nous parler de ton rôle au sein de ce collectif ? 

Disons que je pilote le voilier mais qu’il ne pourrait avancer sans celui qui construit la coque, celui qui coud la voile, celui qui dessine la route, celui qui raconte au monde …
Mon rôle est de croire en chaque artiste pour qu’il puisse se sentir libre d’être et de donner. Je dois permettre un espace de création qui donne la parole à l’invisible mais qui est à l’intérieur de notre monde, en interaction constante avec l’humanité. C’est toute la difficulté car construire un électron libre, un monde à part, ne m’intéresse pas. Je veux travailler avec notre matière de vie, notre matière humaine, travailler au cœur de ce que nous sommes. 

J’ai choisi Paris comme lieu pour cette nouvelle rencontre devant mon objectif. Quel rapport tu as avec cette ville ?

Est-ce que paris fait toujours rêver l’artiste que tu es aujourd’hui ?

 J’ai parfois le sentiment de vivre une étrange histoire d’amour avec Paris.
Quand j’y suis arrivée il y a un peu plus de dix ans, j’étais aveuglée par son romantisme et sa beauté. Je passais beaucoup de temps à arpenter les rues de cette idylle, avec mon appareil photo en mode noir et blanc d’ailleurs …
Rapidement, mon regard a changé. J’accompagnais des personnes contraintes de vivre, ou plutôt survivre, dans la rue. J’ai longtemps été profondément en colère contre cette ville incapable de prendre soin de ce qui la fait vivre, la rendant responsable de cette inhumanité. Je la pensais triste et superficielle.
Puis, les années ont passé, bercées par les rencontres et les expériences, et d’autres couleurs sont venues nourrir mon sentiment pour cette ville. J’ai pris conscience qu’elle était un échantillon de notre humanité, notre miroir, qu’elle suivait nos fléaux, que ce sont nous, ses habitants, qui sommes responsables de ce qu’elle est. Cette ville, c’est nous.
Aujourd’hui, je ne la regarde plus. J’essaye simplement de la vivre et de la changer quand cela s’avère nécessaire. 

Dans les différentes pièces que tu as jouées et mises en scène, tu as la particularité de mélanger différentes pratiques artistiques (Danse, théâtre, musique en live, …). Est-ce que la photographie pourrait trouver sa place dans l’une de tes prochaines mises en scène ? 

J’aimerais beaucoup … La photographie est, elle aussi, plus que tout un art-miroir. Loin d’être figée, elle apporte un regard profond et muable sur notre société. Elle a le pouvoir des « mille lectures » : un cliché génère autant de sentiments que de regards posés.
Depuis l’enfance, j’ai toujours été impressionnée par l’aiguisement, la précision et la subtilité du photographe. On a beau fixer le même horizon, le même objet, il parvient toujours à capter un angle, un détail qui change toute l’histoire … Incroyable. Il parvient à rendre le commun exceptionnel, à rendre visible l’invisible, à rendre vivant l’immobile.
Donc si ma prochaine mise en scène parle d’humanité, ce qui m’apparaît comme une évidence, la Photographie aura un rôle sans nul doute. Et le photographe ne sera autre que l’auteur de ces questions. Celui qui m’a appris que les photographies avaient une loge, un arrière de décor, si l’on prenait la peine de dépasser leur façade … 

En 2020, des projets ? 

Bien sûr ! Le tiroir « projets » est la partie inépuisable de mon cerveau, lui-même irrigué inlassablement par les papillons du ventre !
Actuellement, j’ai la chance d’écrire une pièce pluriartistique avec un ami réalisateur au talent inégalable. Il m’est difficile d’en parler sans lui, tout d’abord car nous en sommes au début mais aussi et surtout, parce qu’il est la moitié du corps de ce projet. Allez penser avec un demi-cerveau, marcher avec une seule jambe, aimer avec un cœur coupé … ! Impossible.
Je dirais donc à demi-mots … que les arts sont multiples (avec des petits nouveaux !) et que nous parlons de la place de l’origine, de la maternité et de l’exil dans la construction identitaire, de ce qui nous construit, nous déconstruit et nous reconstruit. Mais pour le moment, c’’est un peu comme dans les « Sims », nos protagonistes testent encore leurs différents costumes … Rien n’est figé. Rien ne le sera jamais d’ailleurs, c’est le propre du vivant. Mais ce qui est certain, c’est que nous avons une histoire à vous raconter, des regards à ouvrir, des cœurs à rencontrer … 

« C’est dans les utopies d’aujourd’hui que sont les solutions de demain. »
[Pierre Rabhi]


Si la photo m’était contée - LUI pour ELLE

Nous avons tous notre histoire personnelle qui nous lie à la photo, nos raisons et nos inspirations. Et parfois notre passion, nous réserve de belle collaboration.  L’auteur, Sonia LACHENY a souhaité s’inspirer d’un de mes diptyques “LUI pour ELLE” pour écrire le texte ci-dessous.

LUI pour ELLE, Sonia LACHENY 2019


CHAMBRE AVEC VUE - Color negatif film

Depuis de nombreuses années, le noir et blanc est un incontournable dans mon travail photographique. 

Après avoir fait le curieux sur les différents rendus des pellicules couleurs.  C’est très agréable de voir ce qu’une pellicule a dans le ventre, la palette colorimétrique est tellement vaste. Il était temps de passer à l’étape suivante celle de la prise de vues analogiques couleurs.

Dans un premier temps, j’ai monté ma première Kodak gold200 sur le Minolta Himatic F à l’occasion d’un séjour à Paris. J’ai emporté dans mes valises ma vision de la streetphotography, en y apportant une touche de couleur.

J’ai accordé peu d’importance à la technique, je me suis concentré sur l’aspect graphique des compositions, des décors en jouant sur le cadrage et la couleur. Ce sont des ambiances, des atmosphères, des témoignages de mon passage que j’ai souhaité valoriser.

Puis, j’ai voulu tester le portrait, puis le détail de voiture ancienne en mode couleur en utilisant une Kodak Portra 400 Color et de la Fujicolor. L’opportunité pour moi de sortir le LUBITEL 166U et d’expérimenter une nouvelle fois cet appareil 6x6. La Portra est la teinte de couleur que j’ai cherché pendant longtemps à faire ressortir en post-traitement sur mes photos numériques. 

Tellement plus simple d’aller à la source…

Using Format