SCENE / MORGANE & JEFF, Echonova 2019

“Morgane & Jeff” c’est un duo plein de rêves, plein de désirs, et aussi plein de sincérité.

Une musique Folk/bluegrass intimiste, profonde mais rêveuse, que nous écrivons depuis les premiers concerts, en nous inspirant d’artistes tels que Passenger, Cocoon, ou encore The Lumineers.

Nous nous sommes tous deux rencontrés sur une scène Vannetaise alors que nous avions nos projets de vie et musicaux respectifs. Jeff Mailfert ayant sorti son EP “Let me travel” en Avril 2016 avec le label Active Records, et Morgane Gaudin travaillant sur ses productions chez CSB Factory. Rêveurs et voyageurs, nous nous sommes vite accordés sur le désir de bâtir un projet professionnel artistique ensemble.

PREMIER SINGLE

Nous avons sorti le premier single « Dance in my mirror », qui a été très bien accueilli tant par vous que par les médias : 40 000 vues sur les réseaux, plusieurs articles (Ouest France, Iggy magazine, Liveactu…), des playlists au Brésil et aux Etats-Unis et des diffusions du clip sur France télévision. https://www.iggymagazine.com/morgane-jeff-une-dose-de-folk-avec-dance-in-my-mirror/

Source Morgane & Jeff



FACE TO FACE / MAEVA ALLIO

Nous avons tous notre histoire personnelle qui nous lie à la photo, nos raisons et nos inspirations. Et parfois notre passion, nous réserve de belle rencontre. Découvrez l’histoire de Maeva Allio avec la photographie!

Peux-tu me parler de ta rencontre avec la photographie ?

C’était il y a presque 10 ans, lorsque j’étais au lycée en option Arts appliqués. Une amie en faisait déjà depuis un moment et pour un projet sur lequel on avait carte blanche, j’ai voulu m’essayer à la photographie. Au-delà d’une passion, j’y ai découvert un nouveau moyen d’expression. La photographie est aussi devenue un refuge lorsque, l’année suivante, j’ai commencé à subir du harcèlement scolaire jusqu’à sombrer dans la dépression. C’était ma bulle, mon espace dans lequel personne ne pouvait m’atteindre. Lorsque je ne trouvais pas les mots pour décrire ce que je ressentais, je prenais mon appareil et je photographiais. La vie me paraissait infiniment plus belle et poétique à travers la lentille de mon objectif. Quelques années plus tard, c’est elle qui m’a poussé à me réconcilier et à aller vers les autres, à sortir de ma zone de confort. Aujourd’hui, cette pratique me pousse à regarder les choses différemment, à observer attentivement avec mon cœur, à porter une attention particulière aux détails, à me déplacer pour trouver de nouveaux points de vue. Je redécouvre sans cesse ce que je crois déjà connaître car tout à de multiples facettes. La photographie fait tomber les masques et nous impose de nous mettre à nu, dans toute notre vérité sans faux-semblants. 

Tes photographies sont toujours très poétiques, minimalistes, rêveuses. Si tu devais d’écrire ton univers et tes photos ? 

Malgré le fait que mon univers se soit affiné au fil du temps, je pense que la poésie, le minimalisme et le rêve ont toujours été présents dans mes images car ils reflètent ma personnalité. Enfant déjà, je passais mon temps à rêvasser, inventer des histoires et écrire des poèmes. Je fais les choses de manière très intuitive et lorsque je photographie, je ne réfléchis absolument pas mes images, ni les réglages de mon boitier ou la composition. Finalement, je passe plus de temps à observer et admirer ce qui se joue devant moi. Un rien me touche, je suis sensible aux détails, aux textures, à la lumière… Tout ce qui a une histoire m’attire particulièrement et j’essaie toujours de retranscrire les faits avec ma sensibilité. Mon côté minimaliste, que ce soit dans la vie de tous les jours ou en photographie, me permet de m’affranchir du superflu pour me focaliser uniquement sur ce qui est important et ce qui a de la valeur à mes yeux. C’est une philosophie que j’ai également du côté de mon matériel photo, puisque je n’ai qu’un seul boitier et objectif avec lesquels je fais absolument tout. 

Nous avons choisi la nature pour cette première expérience, lieu où tu aimes te ressourcer. D’où vient ce rapport que tu entretiens avec la nature ?

J’ai toujours été très proche de la nature puisque j’ai grandi au milieu des vignes dans le Var. Petite, je passais mon temps dehors à construire des cabanes ou à fabriquer des herbiers. En grandissant, j’ai complètement perdu ce lien en déménageant de villes en villes. Il y a un an, après avoir passé 5 jours hors du temps au cœur des Cévennes, j’ai eu un déclic. J’ai vécu mon retour à Paris de manière très violente et je me suis fait la promesse de passer plus de temps en nature car cela me manquait terriblement. Depuis bientôt 6 mois que je suis en Bretagne, je reconstruis ce lien petit à petit en allant marcher tous les jours, soit au bord de l’océan, soit en forêt. Je me sens profondément connectée aux éléments car je reste persuadée que la nature a une grande influence sur nous. Je marche régulièrement pieds nus, ce qui m’aide à m’ancrer car j’ai tendance à être beaucoup trop dans mon mental et lors de mes balades, les animaux viennent régulièrement me rendre visite, un peu comme des messagers. C’est quelque chose que j’ai vraiment du mal à exprimer car c’est de l’ordre du ressenti mais lorsque je suis dehors, je me sens à ma place, chez moi et en osmose avec tout ce qui m’entoure.

Aujourd’hui, tu as souhaité être devant mon objectif, qu’est-ce que tu as appris de cette expérience ?

Cette expérience m’a énormément apporté, tant sur le plan humain que personnel. J’ai appris davantage à sortir de ma zone de confort, à me faire confiance, à m’écouter, à lâcher prise, à revenir dans mon corps pour observer les sensations et les émotions qui m’ont traversé pendant la séance. Cela m’a également permis de mieux comprendre ce que peuvent ressentir mes clientes lorsque je les photographie et notamment les peurs qu’elles peuvent avoir, etc. Merci à toi Denis pour tout cela, j’ai adoré me laisser porter par notre rencontre et profiter du moment présent.

Suivre l’aventure photographique de Maeva Allio / Instagram 

Using Format